Colin Delfosse est un photographe né à Bruxelles en 1981.

Catcheurs congolais

2010, Kinshasa, ses huit millions d’habitants, ses milliers de shegués (enfants des rues), ses centaines de catcheurs et leurs fanfares. Edingwe, Dragon, City Train, Mabokotomo ; les “légendes » du catch congolais s’inventent tous les jours dans les faubourgs de Kinshasa.

Amateurs de culturisme ou de magie noire, ils se disputent la gloire sur des rings de fortune. Issus de la rue, leur charisme forge respect et admiration, deux atouts majeurs dans « Kin la belle ». Mais les héros du ring ont la victoire modeste : « Kobeta libanga papa mundele » [on se débrouille, le blanc]. Au catch comme dans la ville, ils se donnent en spectacle et  attrapent ce qu’ils peuvent.

Aux dernières heures du jour, après avoir raccroché de leurs ‘occupations’, ils enfilent masques et tenues pour combattre. La parade motorisée des lutteurs draine les foules des rues poussiéreuses de Massina, Ngili et Matete, les communes périphériques de la capitale congolaise.

Dans une arrière-cour, sur la terrasse d’un troquet, ou à même la rue, les jeteurs de sorts en costume de lutteur se chauffent à coup de Primus et de chanvre. Le ring monté à la hâte, l’arbitre grimpe aux cordes. « Activez le jeu ! ». Commence alors le combat, plus ou moins arrangé, sur huit planches rehaussées d’une bâche. Les rounds se succèdent, jusqu’au sort ultime, jusqu’au terrassement de l’adversaire, jusqu’au combat suivant.

Par Colin Delfosse

Links : http://outoffocus.photoshelter.com/

http://colindelfosse.blogspot.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.